Smartphones

Nos smartphones sont-ils sûrs ? Je suis persuadé que la plupart des utilisateurs pensent que oui, particulièrement les afficionados d'Apple qui ont entendu dire (et donc sont persuadés) qu'iOS et Mac OS sont insensibles voire invulnérables aux virus et autres malwares.

Or malheureusement il n'en est rien, je renvoie iOS et Android dos-à-dos, surtout lorsque les utilisateurs débrident (débloquent) leur téléphone à des fins de personnalisation. A ce titre voici les principales, recensées par l'éditeur Checkpoint.

Je ne regarderai ici que le point de vue technique, et non fonctionnel, car nos smartphones sont nos pires ennemis au sujet de notre vie privée (et même professionnelle), en dévoilant par le biais de notre usage une énorme partie de notre vie.

Les menaces directes

Le jailbreak (ou débridage)

Cette opération consiste à faire sauter les contrôles de votre téléphone et de vous donner, consciemment ou non, un accès complet à celui-ci. Avec un niveau élevé de privilèges, vous pouvez devenir administrateur (= grand chef) de votre machine et y faire ce que vous voulez. En bien ou en mal. C'est amusant pour installer des applications qu'Apple a refusé. Donc ok vous pourrez personnaliser votre écran d'accueil et télécharger toutes les applications pornos que vous souhaitez (par exemple sur Cydia), mais rien n'arrêtera les programmes malveillants qui n'en demandent pas tant... D'abord ils pourront s'installer facilement, mais en plus ils pourront ensuite faire ce qu'ils veulent. Exemple : installer un RAT ou un outil cherchant à cacher que votre téléphone est jailbreaké...

La prise de contrôle

Votre iPhone peut être totalement contrôlé par un inconnu, sans que vous ne le sachiez. Le principe est qu'une fois un iPhone jailbreaké, il devient possible d'installer tout et n'importe quoi dessus, et donc pas seulement les applications vérifiées par Apple sur son store. L'attaquant se débrouille pour installer son malware ou son RAT.

Les faux certificats

A quoi bon faire de faux certificats ? Pour tromper son monde ! Si un petit malin arrive à se faire passer pour une entreprise réputée qui publie de nombreuses applications légitimes sur le store d'Apple, il arrivera alors facilement à faire passer son programme à lui, voire à l'intégrer dans un programme légitime. D'où l'importance de vérifier correctement les certificats, afin d'être sûr de qui les publie et les utilise. Cela peut représenter une somme de travail importante dans le cas des magasins d'applications, où des centaines d'applications sont publiées.

Les profils iOS malicieux

Le MITM du Wifi

Pfou, un titre incompréhensible au premier abord. Les attaques MITM consistent à ce qu'un tiers vienne se placer au milieu d'une conversation en principe sécurisée. Ce type d'attaque se voit sur les réseaux Wifi mal sécurisés (ou non sécurisés). On peut théoriquement éviter cela avec un utilisateur au faîte du sujet et très vigilant. Et disposant d'un smartphone qui lui permette de contrôler visuellement certains éléments (comme les certificats).

Les webkits

Les webkits ne sont pas de méchants programmes : ce sont des outils que les navigateurs internet utilisent pour construire visuellement le résultat de votre navigation (afficher et positionner le texte, les images, etc.). Très utilisés, la moindre faille est critique. Une d'entre elles permettait, par exemple, d'effectuer le jailbreak de son iPhone rien qu'en visitant une page web spécialement construite à cet effet.

Attaques 0-day

Pour moi, un 0-day (ou faille 0-day) est une faille non corrigée dans une application. Qu'elle soit connue ou pas importe peu. Une attaque 0-day est une attaque utilisant... une faille 0-day. Pourquoi est-grave ? Voir ci-dessus : parce qu'elle est non corrigée. Donc un petit malin se sert de cette faille, et personne ne peut l'arrêter. Il existe un commerce de ces failles : la cybercriminalité est devenue une industrie.

Les risques indirects

La plupart des fabricants de smartphones proposent des services de stockage en ligne. Il faut garder à l'esprit qu'ils sont souvent opérés par des tiers, et que leur mise en œuvre peut être plus ou moins bien faite, sans compter les risques inhérents à l'usage de services en ligne. Savez-vous par exemple qu'Apple utilise Amazon (AWS), Microsoft (Azure) ou Google (GCP) pour son service iCloud[1] ?

Qui qui est le mieux ? iOS ou Android ?

Checkpoint ne mentionne pas pour Android les webkits (je ne vois pas pourquoi) ni les profils iOS malicieux (là j'ai une petite idée). Sinon, à défaut d'être identiquement exploitées (d'un point de vue purement technique), les menaces sont très similaires d'un point de vue conceptuel. La pomme n'est pas plus sûre que les bonbons.

Toutefois, certaines caractéristiques desservent Android, comme par exemple le nombre d'applications publiées (supérieur à iOS[2]), le fractionnement des versions du système d'exploitation et l'ouverture complète du système qui permet aux constructeurs et opérateurs de proposer des services et des programmes dont le niveau de sécurité peut être très hétérogène. Quand à la maintenance des programmes et versions d'OS, elle est à la main des mêmes constructeurs et opérateurs, donc la rigueur de gestion diffère (quand il n'y a pas carrément d'impossibilité technique à prendre en compte certains correctifs de sécurité).

Enfin, il est très facile sous Android de se connecter à des magasins d'applications non contrôlés, portes ouvertes aux programmes malveillants.

Les menaces sur Android

Liens utiles et articles liés

Notes et références

  1. Louis Adam, « Google Cloud a un nouveau client : iCloud d'Apple », sur ZDNet.fr, (consulté le 28 février 2018)
  2. Toutefois en pratique, dans les deux cas, des audits de code cherchant des malwares sont quasi-impossibles à réaliser de façon complète et satisfaisante, le nombre d'applications étant déjà beaucoup trop important.