L'informatique, c'est physique

Je suis un des premiers à le reconnaître, mais j'avais oublié que l'informatique était un objet éminemment physique. A l'ère du tout numérique et de la dématérialisation à tout va, à une époque où on se demande où sont stockées nos données (car bien souvent on ne le sait pas), j'ai suivi une présentation très intéressante au cours du FIC 2018 faite par un géographe, chercheur à l'université (ref), qui nous a remis à l'esprit que derrière l'immatérialité apparente de l'informatique il y avait une réalité bien tangible.

Cette réalité prenait forme d'une très éclairante approche cartographique du cyberespace, au sens très large.

Réalité contre projection

Le cyberespace est d'abord une construction physique, informatique, faite de machines et de câbles désormais répartis partout tout le monde réel.

Ensuite, ce cyberespace sert bien à quelque chose : tout comme l'informatique, il sert à manipuler et interagir sur une projection (une représentation) d'idées et de concepts, dont la plupart sont liés à notre monde réel (mais pas forcément). Si l'informatique a servi dans un premier temps à nous aider à accomplir ou accompagner des tâches réelles (techniques, scientifiques, professionnelles), son évolution a conduit à être utilisée pour interagir avec des objets chimériques ou imaginaires. Un exemple simple de cela est ce que peut représenter un jeu vidéo, qui représente un univers purement imaginaire.

L'idée n'est pas ici de différencier l'usage de l'informatique et du cyberespace en réel ou imaginaire, le fait est qu'on utilise l'informatique et que le contenu traité nous importe. Or comme il nous importe, il est également important d'examiner cet outil qui, bien que traitant d'immatériel (une projection de notre monde ou des concepts), il s'appuie sur des équipements physiques dont l'usage, la géographie et le contrôle sont des enjeux désormais stratégiques, au niveau des Etats.

Exemple de la Géorgie (guerre 2008, rachat d'un opérateur câble).

Cartographie du passage des flux. Tbilissi est plus proche de Sofia que de l'Abkhazie.

Importance militaire et stratégique (coupure en Géorgie et en Crimée).