GnuPG

GnuPG est un système de chiffrement (ou cryptosystème) indépendant des grands acteurs de la sécurité et de la surveillance (lesquels se confondent parfois). Il se base sur l'utilisation de clés de chiffrement asymétriques, ce qui permet de les échanger plus facilement.

Principes

A quoi ça sert un crypto-machin ?

Ça sert à masquer vos très chères données à nos très chers GAFA et autres acteurs du web et de l'internet. Accessoirement, Mme Michu ne pourra pas non plus lire ce que vous échangez avec vos correspondants.

En gros, vous créez une paire de clés de chiffrement qui vous seront associée à vous personnellement. Un des clés sera publique, l'autre sera privée ; elles vous permettront de chiffrer vos données ou vos mails. La clé publique pourra et devra être diffusée partout, et la clé privée devra rester secrète et donc, au contraire, être la plus cachée possible. Le gros inconvénient est que lorsqu'on perd sa clé privée, et bien c'est foutu, ça marche plus ! Il n'y a plus qu'à en recréer une, et diffuser la nouvelle clé auprès de vos correspondants, car il n'existe aucun moyen de la récupérer.

Comment ça s'installe ?

Sur les systèmes Linux, les outils nécessaires sont généralement installés par défaut. Après, le plus important est de stocker la clé privée en lieu sûr. La première opération à réaliser est la génération d'une paire de clés avec la commande --gen-key :

gpg --gen-key

On aura besoin durant cette procédure de disposer d'une quantité d'aléa (ou entropie) suffisante. Afin de voir l’entropie disponible sur un système Linux, on peut utiliser la commande suivante[1] :

watch cat /proc/sys/kernel/random/entropy_avail

S'il vous en manque, il peut être judicieux d'utiliser le package rng-tools (sur Ubuntu).

apt-get install -y rng-tools

Pour générer un peu d'entropie supplémentaire, on peut utiliser la commande suivante :

/usr/sbin/rngd -r /dev/urandom

La seconde mesure consiste à générer un certificat de révocation pour toute une nouvelle paire de clés. La raison de procéder ainsi est qu'il vous faut disposer de la clé privée pour générer son certificat de révocation. Générer le certificat de révocation le plus tôt possible vous met à l'abri de l'oubli de votre clef. Vous devrez bien sûr conserver ce certificat à l'abri. En outre, il doit rester facile et rapide de révoquer une clé, en cas de compromission.

Comment ça marche pour chiffrer/déchiffrer ?

Pour chiffrer :

gpg -e destinataire [message]

Pour déchiffrer :

gpg [-d] [message]

Et pour signer ?

Pour signer et chiffrer un message, la syntaxe complète est :

gpg [-u expéditeur] [-r destinataire] [--armor] --sign --encrypt [message]

On peut faire un chouïa plus simple, pour signer un message avec l'identité par défaut de votre trousseau de clé :

gpg --sign|--clearsign|--detach-sign [message]

L'option --sign vous construit un fichier .gpg illisible, --clearsign produit un fichier au format texte avec le contenu en clair suivi de la signature, et enfin --detach-sign ne fournit que la signature dans un fichier .sig. Ajoutez l'option --armor pour avoir un fichier signature en clair, suffixé par .asc. Si vous prenez l'option --clearsign, cela vous construira un fichier de type :

root@rasp-janiko:/jean/test# cat essai.txt.asc
-----BEGIN PGP SIGNED MESSAGE-----
Hash: SHA1

Ceci est un test.
-----BEGIN PGP SIGNATURE-----
Version: GnuPG v1.4.12 (GNU/Linux)

iQEcBAEBAgAGBQJV+WSgAAoJEN+s4kEe3i4xT6AH/RlkQZyQQ5XkdGmIQGgk8H6h
C8zK7/RO1XzzP4xyqA59yHfgPgwGJ9PASaaUlOHgLcIbbiTRTrow8ZIPNhBdF4fC
gEvZfu9p27X6SXXRa/94Lt1uIHDVFhtzWf9YNoytToxRSIf/CvPpTXcHPbnYP7YD
Gwdz+Qxz8u2vhKJKLk4uXHgJb97IvsgoSfpb7e7TMMqCRIKV2S6T1LyouW+Tyy1Y
ZerF5rGIWle2rYVQoM5ujuM77q/XaxAZyGQ7fp5rndBSVMBWptK5W9k8Ji4vhCqa
FqhVdzTvq+DwmsjigCUtLk9uxSdqBhNQ+xb3sSRlyXG1PmnQtigXlUnUs/wBVds=
=t6tc
-----END PGP SIGNATURE-----

Pour vérifier la signature, il suffit de taper :

gpg --verify [message]

Si tout va bien, vous aurez :

root@rasp-janiko:/jean/test# gpg --verify essai.txt.asc
gpg: Signature faite le mer. 16 sept. 2015 14:46:24 CEST avec la clef RSA d'identifiant 1EDE2E31
gpg: Bonne signature de « Jean GEBAROWSKI (statodynamicien) <jean@geba.fr> »

Et si la signature est mauvaise ou que le fichier est modifié :

root@rasp-janiko:/jean/test# gpg --verify essai.txt.asc
gpg: Signature faite le mer. 16 sept. 2015 14:46:24 CEST avec la clef RSA d'identifiant 1EDE2E31
gpg: MAUVAISE signature de « Jean GEBAROWSKI (statodynamicien) <jean@geba.fr> »

Ce qu'il faut vérifier

Comme toujours, ça ne sert à rien d'utiliser des moyens sûrs si on ne vérifie pas leur validité. Quand on reçoit une alerte sur un certificat, il ne faut pas cliquer sur OK sans réfléchir. Pour les clés PGP, on a vu des tentatives d'usurpation reposant sur l'identifiant court (ou short id), qui peut parfois être dupliqué ! Donc en utilisant et/ou important des clés, il ne faut pas de limiter à cet identifiant mais aussi vérifier l'adresse mail[2][3]...

Outils et sites utiles

Site officiel

Failles

Une faille a été découverte en mai 2018[4] dans de nombreux outils de messagerie ou dans leurs plugins mettant en oeuvre PGP et S/MIME. Il s'agirait plus d'une mauvaise implémentation de ces protocoles dans les clients de messagerie que d'autre chose, mais le résultat est le même : il y a danger, même sil l'exploitation n'est pas triviale[5].

Le seul conseil pour l'instant est de désactiver le déchiffrement automatique des messages dans les clients de messagerie concernés (tels que Outlook, Thunderbird, Apple Mail, etc.) en supprimant les clés qui y sont stockés, et de désactiver l'affichage HTML. Le déchiffrement ne doit être effectué que dans une application tierce, jusqu'à production du correctif.

Une autre faille a été mise au jour en juin 2018[6] permettant d'usurper n'importe quelle signature, ce qui est gênant. La version 2.2.8 de GnuPG corrige le tir de cette anomalie qui existait depuis très longtemps, apparemment !

Références